Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-credimi
accueil CREDIMI UB CNRS

Centre de recherche sur le droit des marchés et des investissements internationaux (CREDIMI)

SANTE ET COMMERCE INTERNATIONAL

 

349 pages – 75,00 € - ISBN 2-7110-0740-5

 

 

 

 

RESUME

 

état immatériel de la personne, la santé fait certainement partie des « valeurs absolues » au sens kantien du terme, qui par opposition aux « valeurs relatives » n'ont pas d'équivalent possible, pas de « prix ». Pour cette raison, la santé peut être considérée comme une valeur non marchande, supérieure aux intérêts marchands.

Pourtant, les produits – notamment les éléments et produits issus du corps humain – et services – notamment les actes médicaux – de santé ont progressivement intégré la sphère des échanges commerciaux internationaux, à tel point que l'on constate aujourd'hui l'existence d'un véritable « marché international de la santé ». Cette extension du champ de la commercialité est même amplifiée par les solutions offertes par la méthode des conflits de lois, qui permettent aux personnes privées de mettre en concurrence les ordres juridiques étatiques, c'est-à-dire de contourner les limites que ces ordres fixent à l'extension du marché au nom de valeurs supérieures, et notamment au nom de la protection de la santé. Ainsi se confirme le constat que dressait il y a dix ans B. Oppetit : l'objet du droit du commerce international s'élargit sans cesse, à mesure que des choses et des activités qui étaient jusqu'alors en dehors des échanges économiques les intègrent.

Cette intégration suscite une réflexion sur les conséquences de l'encadrement de ce marché par le droit du commerce international. Les effets d’une telle soumission diffèrent selon le domaine étudié. Si les états ont désormais l’obligation d’accorder une protection par brevet à l'ensemble des produits de santé, cette règle peut être potentiellement dangereuse sur le plan de la protection de la santé des populations, notamment au sein des pays en développement. Les accords de libre circulation ont des effets plus nuancés : ils favorisent la circulation des produits et services de santé dans le monde, ainsi que la mondialisation du droit pharmaceutique. C'est pourquoi, dans une certaine mesure, on constate une convergence des finalités entre le droit du commerce international et le droit sanitaire international. Face à un bilan mitigé, il est nécessaire de s'interroger sur une prise en compte, par le droit du commerce international, de la santé en tant que finalité. Même si celle-ci reste insuffisante et difficile à mettre en œuvre, la santé est néanmoins reconnue comme une valeur supérieure aux intérêts marchands. Elle autorise les états à fermer leurs frontières lorsque les produits et services s'avèrent dangereux en termes de santé publique ; elle les autorise également à porter atteinte aux droits de brevet afin de favoriser l'accès aux médicaments. Aussi peut-on conclure que le droit du commerce international peut, dans une certaine mesure, s'ouvrir à la promotion des valeurs non marchandes.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

 

Introduction

 

PREMIÈRE PARTIE - L’existence d’un « marché international de la santé »

 

Titre I – Les produits et services de santé, des marchandises et services marchands dans le commerce international

 

Chapitre I Des produits et services dans le commerce juridique international

SECTION 1 – La circulation des produits de santé

SECTION 2 – La circulation des services de santé

 

Chapitre II Des produits et services dans l’échange marchand international

SECTION 1 – Le commerce au sens de marché

SECTION 2 – L’extension du champ marchand aux produits et services de santé

 

 

Titre II – L’élargissement du champ du marché par l’effet des règles de droit international privé

 

Chapitre I L’échec de la méthode des conflits de lois

SECTION 1 – Des solutions qui favorisent l’affaiblissement de l’extra-commercialité et de l’illicite au plan international

SECTION 2 – Des alternatives peu convaincantes

 

Chapitre II – Les moyens du for d’affirmer l’extracommercialité et l’illicite dans les relations internationales

SECTION 1 – Les lois de compétence exclusive

SECTION 2 – Les lois de police

SECTION 3 – L’exception d’ordre public international

 

 

DEUXIÈME PARTIE - les conséquences sur la santé de l’encadrement du marché par le droit du commerce international

 

Titre I – Les effets sur la santé de l’encadrement par le droit du commerce international

 

Chapitre I – Les effets de l’encadrement par les règles de propriété industrielle

SECTION 1 –L’inclusion des produits de santé dans le domaine brevetable

SECTION 2 – Les effets d’une protection par brevet des produits de santé

 

Chapitre II – Les effets de l’encadrement par les règles de libre circulation

SECTION 1 – Les règles de libre circulation des marchandises

SECTION 2 – Les règles de libre circulation des services

 

 

Titre II – La prise en compte de la santé par le droit du commerce international

 

Chapitre I La protection de la santé, limite à la libre circulation des produits et services

SECTION 1 – La reconnaissance par le droit du commerce international de la supériorité de la santé sur les intérêts marchands

SECTION 2 – Les modalités restrictives de mise en œuvre de cette reconnaissance

 

Chapitre II – La protection de la santé, limite au droit de brevet

SECTION 1 – La santé, un motif légitime de limitation du droit de brevet

SECTION 2 – Des mécanismes juridiques favorisant l’accès à la santé

 

Conclusion générale

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Google +Suivez nous sur TwitterSuivez nous sur ViadeouB link, le réseau social de l'université

cnrs  Logo-MSHdijon-USR

Université de Bourgogne